Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Blog du SE-Unsa 87

ELECTION PRESIDENTIELLE

8 Mai 2007 , Rédigé par SE-UNSA 87 Publié dans #Actualités

Nouvelle donne politique

> Nicolas Sarkozy présidera la République française pour les cinq ans à venir. Constatons que les leçons de l’élection présidentielle de 2002 ont modifié radicalement le comportement des électeurs. Ces derniers, après une expérimentation par le pire du pouvoir du vote, se sont rendus massivement aux urnes en 2007 pour, très majoritairement, voter « utile ». Mais ce renouveau de l’engouement électoral ne s’expliquerait pas si les principaux candidats eux-mêmes n’avaient indiqué avoir entendu le message délivré en 2002. Chacun s’est en effet situé en rupture avec les représentations institutionnelles traditionnelles, désavouées par les électeurs ces dernières années.

Une nouvelle phase politique commence. À l’heure où nous écrivons, on ignore quel gouvernement sera formé et si la majorité présidentielle sera confortée par les élections législatives. Le SE-UNSA prend acte du choix démocratique des Français. La campagne électorale a donné lieu à des évocations souvent caricaturales et outrancières de l’École. Nombre d’enseignants ne s’y sont pas reconnus. Si elles devaient se traduire en actes, nous serions de nouveau confrontés à de très graves reculs.

Quoiqu’il en soit, le SE-UNSA fera face. Dans l’immédiat, sitôt le nouveau ministre de l’Éducation nationale connu, nous le saisirons de trois dossiers urgents :

celui des « emplois vie scolaire » rendus au chômage par les prochaines fins de contrat, avec le risque de compromettre, à la rentrée 2007, la scolarisation de nombre d’enfants en situation de handicap, de supprimer l’aide administrative aux directeurs d’école et d’affaiblir la surveillance dans les établissements du second degré ;
celui du respect du principe de continuité de l’État avec la mise en oeuvre des engagements financiers du précédent ministre (augmentation de l’indemnité de direction d’école, augmentation des ratios de hors classe de certains corps du second degré) ;
celui, enfin, de l’abrogation des nouveaux décrets dégradant les services des enseignants du second degré, avec l’engagement d’un collectif budgétaire pour ce faire.

Le contrepoids syndical est une nécessité absolue en démocratie. Aux citoyens de l’intégrer en se syndiquant tout aussi massivement qu’ils ont voté.

Luc Bérille, Secrétaire général du SE-UNSA le 7 mai 2007.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :