Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog du SE-Unsa 87

Urgence pour les EVS !

18 Juin 2009 , Rédigé par SE-UNSA 87 Publié dans #Général

La situation des Emplois de Vie Scolaire, les EVS, représente une urgence en cette fin d’année scolaire. 30 000 d’entre eux, recrutés sur des contrats aidés, vont se retrouver au chômage. L’accompagnement qui leur était dû (vu la dénomination de leur contrat de travail) n’a pas été dispensé. La majorité d’entre eux étant des contrats d’avenir, ils ont déjà connu la spirale du chômage et se trouvent en situation de grande détresse.

Ces EVS ont été recrutés dans le cadre de la politique gouvernementale de l’emploi : Loi de cohésion sociale ( plan Borloo) en 2006.
L’Education nationale s’est portée volontaire dans le cadre de ce plan pour embaucher plusieurs dizaines de milliers de ces salariés (anciens chômeurs de longue durée bénéficiant du RMI, ou situations sociales difficiles). Ils sont à l’heure actuelle plus 42 500 à travailler pour l’éducation nationale sur des missions diverses :
- assistance administrative aux directeurs d’écoles,
- assistance pour la scolarisation des élèves handicapés, quand le nombre d’AVS (assistants d’éducation ) n’est pas suffisant, 
- surveillance scolaire dans les collèges et lycées quand le nombre d’assistants d’éducation ou Mi-SE n’est pas suffisant.
 
Ils ont été recrutés sur un contrat de travail particulier appelé "contrat aidé", contrat de droit privé à durée déterminée.
 
Ces contrats dits aidés leur garantissaient une aide spécifique en termes de projet d’insertion professionnelle et de formation pour accéder à un emploi stable. Cette aide devait se répartir entre le pôle emploi et l’éducation nationale.
MAIS AUCUNE AIDE NE LEUR AURA ETE APPORTEE DURANT LEUR CONTRAT.
 
Le 30 juin 2009, une grande majorité d’entre eux, environ 30 000, arrivent au bout de la possibilité juridique de renouvellement et vont donc se retrouver au chômage.
 
Depuis plusieurs mois nous alertons les différents ministères sur leur situation : chacun renvoie à l’autre la responsabilité de la situation et rien ne se passe.
 
Fin avril , avec plusieurs organisations syndicales, autour de l’UNCEVS (collectif D’EVS) nous avons décidé de saisir le premier ministre, afin que des mesures exceptionnelles de reconduction de contrat soient prises pour permettre à ces salariés de bénéficier de l’aide et de l’accompagnement qui leur sont dus (voir les deux lettres jointes). Aucune réponse ne nous est parvenue, si ce n’’est une excuse par rapport à un agenda chargé ...
 
Nous avons également organisé des audiences avec les préfets de régions, les directions départementales du travail, les recteurs. Certains commencent à découvrir cette situation critique.
 
Une pétition lancée fin avril a d’ores et déjà recueilli plus de 70 000 signatures


Parce qu’il ne reste plus beaucoup de temps d’ici la fin juin, en complément des communiqués et des actions menées, le SE-UNSA a de son côté :

- alerté le cabinet de l’élysée le 18 juin

- fait intervenir le secrétaire général de l’UNSA auprès du ministère du travail

- diffusé ce message d’alerte auprès des journalistes des differents groupes de presse et plus largement encore (en l’accompagnant des lettres au 1er ministre et différents communiqués )et en demandant le relai de cette information sur la situation de ces salariés qui ne méritent pas qu’on continue à les ignorer.

Partager cet article

Repost 0