Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog du SE-Unsa 87

Formation des maîtres : pour sortir de la crise, il faut d’autres propositions

14 Mars 2009 , Rédigé par SE-UNSA 87 Publié dans #Jeunes enseignants

Le gouvernement veut-il vraiment trouver une issue au conflit en cours dans les universités et IUFM sur la formation des maîtres ?
Pour le SE-UNSA, la question mérite d’être posée à la lecture du communiqué laborieux des deux ministres chargés du dossier.

C‘est tout simplement un système sans queue ni tête que le gouvernement propose de mettre en place sur la période 2009/2010 en matière de formation des enseignants. Provisoires, au gré de chaque université, les masters ou parcours de masters élaborés… Provisoires, les épreuves des concours 2010 qui, au passage, passeraient pour profits et pertes l’unique épreuve professionnelle du concours pour les seuls enseignants du 2nd degré… Sans doute faut-il espérer que les enseignants provisoires, sortis de cette « formation » provisoire, travailleront avec des élèves provisoires dont les parents accepteront de mettre provisoirement de côté leur aspiration à la réussite…


Ce système anarchique censé tenir lieu de support à la sortie de crise est évidemment ponctué de quelques leurres. Il s’agit en effet de tenter de contrer la critique principale faite à cette mastérisation : la relégation au second plan de la part professionnelle de la formation. Des stages de 108 heures en école et établissement seraient ainsi censés ponctuer les 1ère et 2ème années de master. Ceux qui connaissent la réalité du terrain scolaire savent que trouver 100 000 terrains de stage constitue une promesse techniquement irréalisable. Le projet de circulaire de la Direction Générale, déjà prêt sur cette question, ne parle, lui, que d’un maximum de 108 heures sans fixer de minimum… Quant à la formation dans l’année post-concours, où les lauréats auront le statut d’enseignants stagiaires, elle tiendra dans les conseils d’un tuteur et dans un complément de formation. Ce dernier pourrait constituer une avancée, puisque inclus dans le temps de service, si on en connaissait la proportion. Mais les ministres n’en disent rien...


Le SE-UNSA ne voit pas de sortie de crise dans ces propositions ministérielles. Il réitère donc sa demande d’ouverture d’une vraie négociation sur la base :

- De la suspension du projet et du maintien des dispositions actuelles pour 2009/2010 ;
- De la remise à plat complète de l’ensemble du dispositif.

Il appelle les personnels à faire valoir ces exigences en participant massivement à la journée de mobilisation interprofessionnelle du 19 mars.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :